Pollen en pot

Le pollen de fleur

Autres produitsLe pollen de fleur
Pollen en pot

Le pollen de fleur

Pelotes de pollen de châtaignier (jaune d'or) et de ronce (kaki)

Sur le Rucher du Saule, je récolte du pollen de châtaignier/ronce sur ses ruches en juillet. Cette seule période de collecte a été choisie car le châtaignier donne beaucoup de pollen et les petites avettes en récoltent plus que nécessaire à cette période, elles en mettent partout dans le corps de ruche, provoquant souvent dans les semaines suivantes un « blocage de ponte »: il n’y a plus de place pour que la reine ponde ses oeufs… Alors la récolte à ce moment permet de prendre le surplus de récolte sans affecter le nourrissement du couvain.

En revanche, il est très rare que le pollen soit récolté au printemps car les abeilles ont besoin de toutes ces ressources en protéines, surtout en Ariège où la météo de printemps est pluvieuse et les période de sortie des abeilles parfois courtes.

Ainsi je ne récolte pas de pollen de saule, le premier vrai réservoir à pollen pour les ruches au début de la saison… Désolé pour ceux qui recherchent ce trésor pour leur santé! Le nom du Rucher du Saule a une autre origine que la récolte de ce pollen: il a été créé en Mars, date de floraison de cet arbre et symbole du démarrage de la saison apicole. 

Si le miel est surtout un aliment énergétique, le pollen apparaît plutôt comme une source de vitamines, de diastases et comme catalyseur organique. Vitalisant de choix, il est à recommander aux enfants en croissance, aux accouchées, aux opérés, aux anémiés, aux sportifs, aux étudiants. Il fortifie les nerfs et le cerveau. Possédant une forte action bactériostatique, il est conseillé aux personnes ayant des défenses immunitaires insuffisantes, souffrant de rhumes, gastro-entérites par exemple.

Il est conseillé également aux impuissants pour sa vitamine E et ses hormones. Il semble que son pouvoir de freiner le cancer, d’en retarder l’évolution n’est pas discutable sans cependant en faire « la » substance anticancéreuse miracle. Sa prise régulière chez l’homme limite considérablement les risques de cancer de la prostate. Chez la femme, son action de fixation de la vitamine C par la présence de vitamine D retarde l’apparition de l’ostéoporose et permet de la réguler. Ses propriétés sont de plus en plus utilisées en médecine (palynothérapie), en diététique, dans la préparation de cosmétiques, …Chez le bien portant, le pollen, consommé de temps à autre, est un dynamisant, un « renforceur » de la protection organique, particulièrement en période de rhume et de grippes ou avant l’effort sportif. Le pollen permet également de limiter le stress et les sensations de mal-être ; il protège du vieillissement de l’œil.

Pollens frais, secs ou congelés ?

Pollen au petit déjeuner

Les pollens frais sont bien évidemment les meilleurs. Il n’est cependant pas facile de s’en procurer régulièrement à moins d’avoir des ruches, il se conserve par ailleurs très mal en frais (pas plus d'une vingtaine de jours). Le pollen perd en effet très vite ses propriétés (oxydation des enzymes et des vitamines, moisissures). C’est pourquoi il est conservé par dessiccation ou par congélation. La dessiccation a pour inconvénient la perte d’une partie de ses vitamines. Une grande partie de ses propriétés restent cependant actives. Le procédé de conservation qui permet de protéger au mieux ses propriétés est la congélation car elle ne détruit aucun de ses composants. Mais là encore, cela entraîne une rigueur dans le suivi de circulation du produit dans le commerce.

Une ou plusieurs cures par an pendant une, deux ou trois semaines sont courantes.
La ration quotidienne est d’une cuillère à soupe par jour, le matin au petit déjeuner, accompagné d’un jus d’orange.
Il est idéal de bien mâcher le pollen pour le pré-digérer grâce aux enzymes salivaires.En cas de prise de pollen congelé, faire décongeler la dose nécessaire pour 3 jours au réfrigérateur dans un récipient OUVERT (milieu aérobie pour la conservation du pollen).

Apports Propriétés
Vitamines du groupe B B1 (thiamine), B2 (riboflavine), B3 (ou PP, nicotinamide), B5 (acide pantothénique), B6 (pyridoxine), B9 (acide folique), B12 (cyanocobalamine)
Vitamine C (acide ascorbique)
Vitamine D antirachitique, recalcification
Vitamine E (tocophérol) facteur de reproduction, antioxydant
Provitamine A (rétinol) antioxydant
Vitamine K coagulation du sang. Minéraux : Fer, Calcium, Zinc, Sélénium
Polyphénols et phytostérols antioxydant, substitut des œstrogènes, diminution de l’absorption intestinale du cholestérol, activité antivirale, équilibre des différents mécanismes immunitaires
Diastases permettent la digestion des amidons et sucres et permettent l’utilisation des phosphates par l’organisme
Substances bactériostatiques Antiscorbutique, catalyseur des oxydoréductions
Sources : « Ces pollens qui nous soignent » de Patrice Percie du Sert, « Miels, cires, pollens » de Raymond Lautié